Vous êtes ici
06/02/19
13:35

Point d’étape à mi-mandat pour Donald Trump

Le 45ème président des États-Unis a prononcé, mardi 5 février, un discours sur l'état de l’Union devant le Congrès. L’occasion pour Donald Trump de dresser le bilan de deux années passées au pouvoir.

L’allocution solennelle du président des États-Unis, qui a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, est un incontournable de la vie politique du pays. Alors que sa présidence est fragilisée par son bras de fer avec Nancy Pelosi, leader de l’opposition, sur la construction d’un mur controversé à la frontière mexicaine, Donald Trump a tenté de redorer son blason.

«Le programme que je vais présenter ce soir n’est ni républicain, ni démocrate. C’est celui du peuple américain» a déclaré mardi soir Donald Trump. Cet appel au rassemblement fait partie de l’exercice imposé analyse Jean-Éric Branaa, maître de conférence à l’université Paris II : «Cela lui permet d’apparaître au-dessus de la mêlée». «Il a développé par la suite des thèmes qui lui sont chers comme l’économie.» ajoute l’expert. Donald Trump s’est une fois de plus attribué les mérites des bons résultats économiques du pays. La croissance annuelle est repartie à la hausse, 200 000 emplois sont créés chaque mois et le chômage est passé sous la barre des 4%. Ces chiffres sont en partie le fruit de la politique protectionniste du président, basé sur son slogan « America First ». Les accords commerciaux, conclus avec le Mexique et le Canada, vont dans ce sens et concèdent quelques privilèges aux États-Unis : «La stratégie de Donald Trump, de négocier avec un seul interlocuteur a porté ses fruits, après avoir signé un traité avec un membre il a pu imposer ses conditions à l’autre» détaille Jean-Eric Branaa.

Une base d’électeurs inamovible

Fort d’un soutien stable de sa base électorale, Donald Trump, conserve depuis deux ans 40% d’opinions favorables : «c’est probablement le phénomène le plus surprenant. Quoi qu’il se passe, aucun événement n’a eu de prise sur sa côte de popularité», s’étonne Jean-Eric Branaa. Pas même donc l’embellie économique que traverse le pays actuellement.

Sur le plan des relations internationales, les tweets compulsifs du président n’auront pas non plus entaché sa réputation. Alors qu’il qualifiait encore il y a quelques temps Kim Jong-Un, le leader nord-coréen, de «petit gros», le chef de l’état est aujourd’hui en passe de négocier la dénucléarisation du pays. «Si cela bouge sur le plan de la Corée du Nord cela serait un très gros succès pour Donald Trump», commente Jean-Éric Branaa.

Mais si de nouvelles alliances se créent, le début de mandat du 45ème président des États-Unis, restera aussi marqué par la rupture avec des alliés de longue date. En 2017, Donald Trump annonçait le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat. Quelques mois plus tard il désengageait cette fois son pays de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Depuis que les démocrates sont de nouveau majoritaires à la Chambre des représentants, Donald Trump ne pourra plus faire passer des mesures aussi fortes note Jean-Eric Branaa. La suite du mandat présidentiel devrait en conséquence être marquée par l’adoption de mesures plus consensuelles, comme la baisse des prix des médicaments ou la construction d’infrastructures dans le pays, comme des autoroutes ou des ponts.

Tifenn Clinkemaillié

Imprimer la page

Fil info

09:38
Monde

Des milliers de personnes défilaient, jeudi, à Haïti pour protester contre l'inflation et demander le départ du président Jovenel Moïse.

09:12
Monde

Crise diplomatique France/Italie : le rappel de l'ambassadeur français vise à "marquer le coup", explique Benjamin Griveaux.

17:32
Monde

Le groupe Etat islamique ne contrôle plus que moins de 1% de son "califat", selon la coalition internationale antijihadiste.

16:48
Monde

Cacophonie à Bruxelles. Theresa May a déclaré que le Brexit aura lieu dans les temps. Donald Tusk, lui, ne voit pas de "percées sérieuses".

15:29
Monde

La Lettonie annonce qu'elle facilitera la vie des 800 résidents britanniques sur son sol en cas de Brexit.

13:00
Monde

L'Ukraine inscrit l'objectif d'adhésion à l'UE et l'Otan dans sa Constitution

10:56
Monde

Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, selon l'ONU.

10:40
Monde

Procès Nemmouche : deux journalistes français, anciens otages en Syrie, ont formellement reconnu Mehdi Nemmouche comme un de leurs geôliers.

09:57
Monde

En Allemagne, le gendarme de la concurrence restreint la collecte des données personnelles des utilisateurs de Facebook.

09:54
Monde

Brésil : Incarcéré depuis avril, l'ex-président Lula condamné à 12 ans de prison supplémentaires pour corruption et blanchiment d'argent.

09:39
Monde

Tchad : Frappes de l'armée de l'air française contre des rebelles venus de Libye. Vingt véhicules ont été détruits.

18:42
Monde

Le président kényan Uhuru Kenyatta propose de l'aide au nouveau chef d'Etat de la RDC, Felix Tshisekedi, pour stabiliser son pays

18:03
Monde

Ankara condamne la journée de commémoration du génocide arménien décidée par E. Macron, l'accusant de nuire aux relations franco-turques

17:50
Monde

Des milliers d'oiseaux marins s'échouent et meurent sur les plages néerlandaises, les scientifiques soupçonnent une grave famine

16:56
Monde

Cameroun : plusieurs arrestations après des tirs à Buea. Cette région est en proie à un conflit entre séparatistes et forces de l'ordre.

15:40
Monde

Les Etats-Unis vont "continuer à diriger" la lutte contre les jihadistes malgré le retrait de leurs forces armées de Syrie

12:34
Monde

Alexis Tsipras a visité deux lieux du passé orthodoxe d’Istanbul, lors d'un déplacement destiné à apaiser les tensions entre les deux pays.

12:15
Monde

Les pourparlers entre représentants talibans et opposants au gouvernement afghan reprennent à Moscou, évinçant les autorités de Kaboul.