Vous êtes ici
09/02/22
17:17

Le chèque Taubira, trop modeste pour lutter contre la précarité alimentaire

Un chèque alimentaire pour lutter contre la précarité alimentaire, comme le propose Christiane Taubira ? Bien, mais insuffisant. Le Secours Catholique-Caritas revient sur ce qu'il faudrait - vraiment - faire pour éradiquer la faim en France.

La qualité est un critère très souvent oublié de la précarité alimentaire. © Mack Male

La proposition aurait pu passer inaperçue. Mardi, la candidate à la présidentielle Christiane Taubira a annoncé sa volonté d’instaurer un chèque alimentaire de 150 euros à destination des plus précaires. Et inciter par la même occasion à l’achat de produits alimentaires bio, plus durables. Une annonce bienvenue mais largement inaboutie.

Une mesure à l’allure de « premier pas » pour Marie Drique, spécialiste de l’accès à une alimentation digne au sein de l’association Secours Catholique-Caritas. « Ce dispositif montre une prise de conscience des enjeux liés à l’accès à l’alimentation, explique-t-elle à Cuej-info. De plus, le format chèque peut être intéressant sur l'aide d'urgence : on voit qu'il est apprécié par les ménages en difficulté. » En effet, il permet de faire ses courses « comme tout le monde » et de moins recourir aux autres dispositifs comme les distributions alimentaires. « Il ne faut pas oublier que l’alimentation est un sujet intime. De nombreuses personnes peuvent ressentir de la honte à demander de l’aide ».

Si la mesure a le mérite de mettre en lumière un véritable enjeu de société, « attention cependant à la multiplication des aides disparates sans réelle concertation avec les personnes impliquées », souligne Marie Drique. Où les chèques seront-ils valables ? Ces établissements sont-ils à disposition partout sur le territoire ? Quels seront les produits éligibles ? Est-ce qu’ils répondent aux besoins des personnes en situation de précarité, à leurs habitudes et envies alimentaires ? Autant de questions auxquelles la proposition de Christiane Taubira ne répond pas - pour l’instant -, pourtant essentielles pour éradiquer la précarité alimentaire.

S’il est une preuve de confiance envers les ménages en situation de précarité, ce chèque est loin d’être suffisant pour lutter contre un fléau structurel. Ainsi, le Secours-Catholique-Caritas appelle plutôt à une prise en charge globale du problème. « Sans opter pour un chèque fléché aujourd'hui, nous pensons qu'il y a trois grands leviers d’action que nous pensons déterminants : les ressources financières, assurer la disponibilité d'une offre alimentaire durable et accessible physiquement, et l’implication des ménages dans leurs choix alimentaires », détaille Marie Drique.

Rehausser le RSA

En effet, dans son rapport sur l’état de la pauvreté en France en 2020, le Secours Catholique-Caritas plaide pour la mise en place de minimas sociaux plus conséquents, avec une révision du RSA de 500 à 900 euros. Représentant ainsi la moitié du niveau de vie médian des Français, évalué à un peu plus de 1 800 euros. « 50% des personnes que nous avons interrogées pour notre rapport se sentent en incapacité d’agir sur leurs choix alimentaires pour des raisons financières », alerte Marie Drique.

Autre enjeu d’importance et pourtant bien souvent oublié des débats politiques : la question d’une alimentation saine et durable. « On pense souvent à la quantité lorsque l’on parle de la précarité alimentaire et on omet de mentionner la qualité et surtout le lien social derrière nos manières de nous alimenter », rappelle Marie Drique. Selon le rapport du Secours Catholique-Caritas, « plus le revenu faiblit, plus on risque d’être victime de maladies ‘alimentaires’ : on retrouve une plus forte prévalence de maladies chroniques (hypertension artérielle, diabète, etc.), de surpoids et d’obésité parmi les populations défavorisées ». Aussi, 82% des personnes ayant reçu une aide d'urgence de l'association en 2020 se disaient préoccupées des effets de leur alimentation - souvent low-cost - sur leur santé.

L’alimentation durable, grande oubliée de la précarité

D’autre part, à l’heure du réchauffement climatique, l’enjeu environnemental de l’alimentation est extrêmement fort. « Il faut une approche globale : comment peut-on mettre en place un système plus durable pour les écosystèmes et les populations ? » Sans surprise, cela passe par une véritable transition alimentaire et agricole et un meilleur maillage territorial des offres alimentaires de qualité.

Enfin, dernier levier d’action : l’implication des personnes dans leurs choix alimentaires, qui tient à la dignité citoyenne. « Il y a un enjeu social très fort à ne pas nier la capacité des personnes en situation de précarité à prendre leurs propres décisions. Nous tenons à faire de l’éducation populaire pour former à la prise de parole et redonner confiance aux personnes qui ont souvent une image dégradée d’elles-mêmes. » Partir de l’expérience des personnes concernées, pour changer efficacement les choses. « Il faut une appropriation collective des enjeux alimentaires, main dans la main avec les premiers intéressés. Ils représentent les acteurs essentiels de la lutte contre la précarité. »

Eléonore Disdero

Imprimer la page

Fil info

16:47
France

Nordahl Lelandais admet des «coups volontaires» sur Maëlys sans «intention» de la tuer

16:29
France

One Ocean Summit : une trentaine d'Etats s'engagent à protéger les océans lors du sommet de Brest

14:50
France

Dans les Deux-Sèvres, un village refuse des éoliennes "plus hautes que la tour Montparnasse"

14:24
France

Les convois anti-pass et anti-Macron se rapprochent de Paris, malgré l'interdiction

13:50
France

"Gilet jaune" matraqué à Besançon en 2019 : le policier a été reconnu coupable

13:21
France

Rhône-Alpes: la production de Lustucru paralysée par une grève

13:12
France

Présidentielles 2022 : Valérie Pécresse se dit «très heureuse» de son entretien avec Nicolas Sarkozy

13:05
France

Le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux clos soumis au pass à partir du 28 février

12:20
France

Protocole sanitaire : le nombre de tests demandé pour les élèves cas contact sera ramené de trois à un seul à partir du 28 février

12:05
France

Sommet des océans : environ 150 personnes manifestent à Brest pour dénoncer "une opération de bluewashing"

11:34
France

Fin de l'obligation du masque en extérieur pour les élèves de l'école élémentaire après les vacances

11:24
France

Mort par pendaison du maire de Rezé, commune de 42.000 habitants près de Nantes

11:07
France

Procès Lelandais : vif échange entre la défense et un ex-procureur

10:11
France

Calais: opération de police pour expulser des militants anti-frontières d'un immeuble occupé

09:52
France

"Convois de la liberté": Attal dénonce une "tentative d'instrumentalisation" politique