Vous êtes ici

De cet immense territoire d'Asie centrale au sous-sol gorgé de richesses, les Soviétiques avaient, après les Russes, fait une terre de colonisation, de relégation, de goulag, d'essais nucléaires et spatiaux. Vingt-quatre ans après son indépendance, le Kazakhstan a pris son essor, distancé ses anciens voisins soviétiques, remodelé le pays avec une nouvelle capitale, Astana, au cœur des steppes kazakhes. Coincé entre la Russie et la Chine, le pays tente de s'imposer sur la scène mondiale, sous la houlette de Noursoultan Nazarbaïev, à la tête du pays depuis plus d'un quart de siècle.

 

L'éveil des steppes

Jadis situé sur l'une des routes de la soie, terre de conquêtes, de migrations et de nomades, le Kazakhstan d'aujourd'hui attire des travailleurs des pays voisins, des Kazakhs exilés par l'histoire, des investisseurs attirés par ses richesses et sa position centrale entre la Chine et l'Europe. A découvrir ici, sept itinéraires sur les traces de ce nomadisme du XXIème siècle.

 

Les enfants de l'indépendance

Ils ont l'âge de leur pays : 24 ans. Leurs parents ont grandi sous l'Union soviétique, ils sont les fils et filles de l'indépendance. La jeunesse kazakhstanaise découvre l'islam en même temps que la liberté religieuse, accompagne le développement de la classe moyenne, se forge une identité sous le regard de la génération qui l'a précédée.

 

La fabrique du Kazakhstan

Malgré ses encombrants voisins russe et chinois, le Kazakhstan défend son identité et son territoire. Le développement d'Astana, la capitale futuriste, les réserves d'hydrocarbures et de matières premières confortent l'optimisme du pays le plus prospère d'Asie centrale, au pouvoir autoritaire, et dont les habitants doivent composer avec éonomie informelle et corruption.

 

Aux miroirs de l'histoire

Du tsar à l'indépendance, des hordes de la steppe aux fusées de Baïkonour, la Seconde guerre mondiale et la découverte du pétrole... Le siècle passé a forgé l'identité du Kazakhstan d'aujourd'hui. L'histoire du pays, marquée par l'ère soviétique, a été vécue et partagée par d'innombrables nationalités. Elle est encore visible dans les larges avenues d'Almaty, dans la plaine d'Ushkonyr qui a vu naître l'indétrônable Noursoultan Nazarbaïev, et à travers les gratte-ciel de verre de la nouvelle capitale Astana. 

Le Kazakhstan se dévoile encore un peu plus dans l'édition augmentée du News d'Ill.

Imprimer la page