Vous êtes ici

Un champ, un parking, une route. Des lieux que l'on fréquente souvent plusieurs fois par jour, parfois sans même s'en apercevoir.
Mais pour certains, ces endroits relèvent d'un parcours du combattant.
C'est le cas d'Edwige, 45 ans. Depuis plus de 20 ans, elle souffre d'une forme particulière d'agoraphobie.
Ce n'est pas tant la foule qu'elle craint, elle redoute avant tout ce qu'elle appelle les « espaces vides ».

Amaury TREMBLAY

Imprimer la page